tchernobylforever [Enfants de Tchernobyl Belarus]
 




Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
tchernobylforever ['15/06/2019 13:04']
Name
tchernobylforever ['15/06/2019 14:38']
Name
Ligne 16: Ligne 16:
 <fs large> <color #​bb3300>​Achetez dès à présent votre Livre-DVD ou votre DVD </​color>​ [[boutique-etb|dans notre boutique en ligne]]</​fs></​WRAP>​ <fs large> <color #​bb3300>​Achetez dès à présent votre Livre-DVD ou votre DVD </​color>​ [[boutique-etb|dans notre boutique en ligne]]</​fs></​WRAP>​
 ---- ----
-<boi frame-orange 80%| <WRAP centeralign>​;**Origine et but de l'​opération Tchernobyl forever**\\ \\ </​WRAP>>​+<boi frame-orange 80%| <WRAP centeralign>​**Origine et but de l'​opération Tchernobyl forever**\\ \\ </​WRAP>>​
 En Janvier 2012, Alain-Gilles Bastide a mis la dernière main à son carnet de voyage « **Tchernobyl Forever** »,​ mais a eu à son sujet la même réaction qu’il avait eue à propos de cette photo magnifique de « la Poupée Atomique » : ce carnet ne lui appartenait pas.\\ ​ En Janvier 2012, Alain-Gilles Bastide a mis la dernière main à son carnet de voyage « **Tchernobyl Forever** »,​ mais a eu à son sujet la même réaction qu’il avait eue à propos de cette photo magnifique de « la Poupée Atomique » : ce carnet ne lui appartenait pas.\\ ​
  
Ligne 26: Ligne 26:
  
 <​WRAP>​ <​WRAP>​
-<boi frame-light 200px left>+<boi frame-white 200px left>
 {{popup>:​operation-speciale:​poupee-etb.jpg?​190}}\\ <​html><​center><​p style="​font-size:​80%;">​Prypiat 2005</​p></​center></​html>​ {{popup>:​operation-speciale:​poupee-etb.jpg?​190}}\\ <​html><​center><​p style="​font-size:​80%;">​Prypiat 2005</​p></​center></​html>​
 </​boi>​\\ </​boi>​\\
Ligne 37: Ligne 37:
 </​WRAP>​ </​WRAP>​
  
-<boi frame-light 410px center>+<boi frame-white 410px center>
 {{popup>:​tchernobylforever:​graph-fr.jpg?​400}} {{popup>:​tchernobylforever:​graph-fr.jpg?​400}}
 </​boi>​ </​boi>​
Ligne 68: Ligne 68:
 <​tab>​Aider à saisir ce qu'il en est constitue l'​objet de ce texte écrit pour accompagner le magnifique et généreux projet //​Tchernobyl forever//​[(Alain-Gilles Bastide a photographié la Zone en 2005 et conçu alors le projet //​Tchernobyl forever//. )]. //​Tchernobyl forever// nous introduit dans la //Zone//. Il est notre guide, celui qui nous in­vite à porter un regard “innocent” — le point de vue de Sirius — sur ce résidu monstrueux, marqué par l'​em­preinte invisible de la radioactivité et par l'​usure du temps, que laisse derrière elle la catastrophe atomique. C'est un //​stalker//​.\\ <​tab>​Aider à saisir ce qu'il en est constitue l'​objet de ce texte écrit pour accompagner le magnifique et généreux projet //​Tchernobyl forever//​[(Alain-Gilles Bastide a photographié la Zone en 2005 et conçu alors le projet //​Tchernobyl forever//. )]. //​Tchernobyl forever// nous introduit dans la //Zone//. Il est notre guide, celui qui nous in­vite à porter un regard “innocent” — le point de vue de Sirius — sur ce résidu monstrueux, marqué par l'​em­preinte invisible de la radioactivité et par l'​usure du temps, que laisse derrière elle la catastrophe atomique. C'est un //​stalker//​.\\
 <​tab>​Le mot //stalker// est irréductiblement attaché au dévoilement initiatique de ce monde d'​après. En 1972 les frères A. et B. Strougatski inaugurent la forme moderne du thème avec leur roman //​Stalker//​. Ce livre inspira le chef d'​œuvre d'A. Tarkovsky, //​Stalker//​[(Synopsis (extraits) du film //Stalker (1979) : “Il existe une zone, lieu dont personne ne connaît la nature. A-t-elle été touchée par une bombe ato­mique ?​ Une météorite ?​ La venue d'​extraterrestres ?​ Cette zone est crainte par tout le monde et cernée par la po­lice. On ne peut y entrer : elle est considérée comme dangereuse. En son cœur, on dit qu'il existe un lieu, « la chambre »,​ où tous les sou­haits peuvent être réalisés. Des passeurs, nommés « stalkers »,​ peuvent guider ceux qui tentent d'​atteindre la zone…\\ <​tab>​Le mot //stalker// est irréductiblement attaché au dévoilement initiatique de ce monde d'​après. En 1972 les frères A. et B. Strougatski inaugurent la forme moderne du thème avec leur roman //​Stalker//​. Ce livre inspira le chef d'​œuvre d'A. Tarkovsky, //​Stalker//​[(Synopsis (extraits) du film //Stalker (1979) : “Il existe une zone, lieu dont personne ne connaît la nature. A-t-elle été touchée par une bombe ato­mique ?​ Une météorite ?​ La venue d'​extraterrestres ?​ Cette zone est crainte par tout le monde et cernée par la po­lice. On ne peut y entrer : elle est considérée comme dangereuse. En son cœur, on dit qu'il existe un lieu, « la chambre »,​ où tous les sou­haits peuvent être réalisés. Des passeurs, nommés « stalkers »,​ peuvent guider ceux qui tentent d'​atteindre la zone…\\
-Un écrivain et un professeur de physique sont parvenus à entrer en contact avec un stalker et décident de pénétrer dans la zone et de découvrir cette fameuse chambre. Ils ignorent que la zone suit ses propres règles, dont seul le stalker peut comprendre le sens. Ces règles contraignent le professeur et l'​écrivain à révéler leur personnalité intime, ce qu'ils cachent au plus profond d'​eux-mêmes.…”//​)]. En 2011 A. de Halleux a introduit et clos son film //Chernobyl 4 ever//[(Voir le film à http://​enfants-tchernobyl-belarus.org/​doku.php?​id=films-interviews-debats#​chernobyl_4_ever ​)] par des séquences du jeu vidéo, titré lui aussi //​Stalker//​[(Annoncé en 2001, ce jeu développé en Ukraine a été primé comme meilleur jeu du genre après sa sortie sur le marché en 2006.)]. L'​argument est là : le cinéaste est le //stalker// ouvrant un groupe de jeunes musiciens ukrainiens à la signification de la //Zone//, sur place et dans leur esprit.\\+Un écrivain et un professeur de physique sont parvenus à entrer en contact avec un stalker et décident de pénétrer dans la zone et de découvrir cette fameuse chambre. Ils ignorent que la zone suit ses propres règles, dont seul le stalker peut comprendre le sens. Ces règles contraignent le professeur et l'​écrivain à révéler leur personnalité intime, ce qu'ils cachent au plus profond d'​eux-mêmes.…”//​)]. En 2011 A. de Halleux a introduit et clos son film //Chernobyl 4 ever//[[films-interviews-debats#​chernobyl_4_ever| Voir le film]] par des séquences du jeu vidéo, titré lui aussi //​Stalker//​[(Annoncé en 2001, ce jeu développé en Ukraine a été primé comme meilleur jeu du genre après sa sortie sur le marché en 2006.)]. L'​argument est là : le cinéaste est le //stalker// ouvrant un groupe de jeunes musiciens ukrainiens à la signification de la //Zone//, sur place et dans leur esprit.\\
 <​tab>​A nous, modestement,​ de jouer aussi ce rôle de //​stalker//,​ celui qui essaye de rendre compréhensible,​ à soi-même en premier lieu, pour passer le message aux autres en­suite, le monde nouveau et insondablement terri­fiant engendré par la catastrophe atomique. A défaut le fil pour­rait se rompre, que chacun de cette chaîne de //​stalkeri//​ tire à sa manière. Les Strougatski et Tarkovsky savaient qu'il y avait une zone inter­dite dans l'​Oural suite à une épouvantable catastrophe. Immenses poètes visionnaires,​ il ont établi le lien entre désirs et rêves hu­mains et déclenchement du désastre avec la fascination qu'il suscite. Le liquidateur créateur du jeu vi­déo //​Stal­ker//​ a pris le relais et l'a transmis à une nouvelle génération qui n'a sans doute jamais vu le moindre film de Tar­kovsky. Alain de Halleux surprend un jeune jouant à ce jeu dans un café de Kiev et, séduit par l'​abîme que cette découverte ouvre sous ses pieds, y trouve l'​idée féconde d'un scénario classique. //​Tcherno­byl forever// qu'​Alain-Gilles Bastide a choisi pour intituler son livre de photos de la //Zone// m'​incite à provo­quer l'​imagination car en anglais //stalker// a conservé son sens primitif de harceleur. Tant de forces s'​emploient à tourner la page de Tcher­nobyl que remplir le rôle du harceleur qui la réouvre obstinément n'est pas sans utilité ni mérite.\\ <​tab>​A nous, modestement,​ de jouer aussi ce rôle de //​stalker//,​ celui qui essaye de rendre compréhensible,​ à soi-même en premier lieu, pour passer le message aux autres en­suite, le monde nouveau et insondablement terri­fiant engendré par la catastrophe atomique. A défaut le fil pour­rait se rompre, que chacun de cette chaîne de //​stalkeri//​ tire à sa manière. Les Strougatski et Tarkovsky savaient qu'il y avait une zone inter­dite dans l'​Oural suite à une épouvantable catastrophe. Immenses poètes visionnaires,​ il ont établi le lien entre désirs et rêves hu­mains et déclenchement du désastre avec la fascination qu'il suscite. Le liquidateur créateur du jeu vi­déo //​Stal­ker//​ a pris le relais et l'a transmis à une nouvelle génération qui n'a sans doute jamais vu le moindre film de Tar­kovsky. Alain de Halleux surprend un jeune jouant à ce jeu dans un café de Kiev et, séduit par l'​abîme que cette découverte ouvre sous ses pieds, y trouve l'​idée féconde d'un scénario classique. //​Tcherno­byl forever// qu'​Alain-Gilles Bastide a choisi pour intituler son livre de photos de la //Zone// m'​incite à provo­quer l'​imagination car en anglais //stalker// a conservé son sens primitif de harceleur. Tant de forces s'​emploient à tourner la page de Tcher­nobyl que remplir le rôle du harceleur qui la réouvre obstinément n'est pas sans utilité ni mérite.\\
 <​tab>​Un très grand stalker nous a ouvert la voie, Vassily Nesterenko†. Ce travail est dédié à sa mémoire.\\ <​tab>​Un très grand stalker nous a ouvert la voie, Vassily Nesterenko†. Ce travail est dédié à sa mémoire.\\
tchernobylforever.txt · Dernière modification: '15/06/2019 14:38' par Name

URL-courte: http://tinyurl.com/yysljbst

Aidez BELRAD, Merci ! Plan du site Aide à la navigation Contactez-nous Informations Légales