Yves-Lenoir-Japon-2014
P. 1



En marge du Symposium des 14-15 octobre 2014 

̀ l'Universit́ Waseda de Tokyo


Yves Lenoir, Enfants de Tchernobyl Belarus.


Circonstances

Arriv́e ̀ Fukushima le 10 octobre, quatre jours avant le symposium International Symposium on Legal-

medical Aspects of Nuclear Disaster and Human Rights.

Le 11, conf́rence organiśe par l'association Fukushima Action Project.

Le 12, d́couverte du pays entre Fukushima, Minamisoma et la zone proche de la centrale en ruine.

La route N° 6 qui traverse la zone d'exclusion est ŕouverte depuis une semaine. On peut l'emprunter en 
voiture mais il est interdit d'y marquer l'arr̂t.

Le 12 au matin, avant de prendre l'autocar pour Minamisoma, ́valuation de la situation radiologique aux 

alentours de la maison de notre ĥtesse, Madame Keiko Sasaki, de Fukushima Action Project. On a juǵ utile 

d'en pŕsenter les ŕsultats, car ce quartier sud de la ville, bord́ par la rivìre Ara, est clairement plus contamiń 
que le centre-ville, pr̀s de la gare routìre et de celle du Shinkansen.

La premìre partie de ce texte rapporte les observations de ce matin du 12.

La seconde celles du reste de la jourńe.

Ce śjour ́tait le premier pour moi dans ce pays. J'aimerais commencer en faisant part de quelques 

diff́rences entre l'atmosph̀re dans nos villes et celle ressentie dans Tokyo, mais aussi ̀ Fukushima.


Premìres impressions

Ce qui frappe quand on arrive ̀ Tokyo, c'est l'air. Un air qui ne pique pas les yeux, un air sans odeur. De 

retour ̀ Paris j'ai pu par contraste mesurer le d́sagŕment que nous subissons ici du fait de la strat́gie tout- 
diesel des pouvoirs publics et des constructeurs automobiles. Les statistiques sur les maladies pulmonaires dans 

nos deux pays doivent refĺter en termes de d́gradation de la sant́ publique cette diff́rence des politiques 
́nerǵtiques.

On remarque aussi la tr̀s forte proportion de v́hicules hybrides, depuis le petit utilitaire aux autobus 

urbains en passant par toute la gamme des v́hicules de tourisme. Cette ́volution a produit un ŕsultat majeur : 

la consommation de carburant du secteur des transports ne cesse de diminuer depuis le d́but des anńes 2000 
(́poque de l'introduction de la technologie hybride par Toyota). Elle est ainsi pasśe de 90 Mtep en 2001 ̀ 74,4 

en 2013, soit une baisse moyenne de 1,77% par an. annulant ainsi la hausse ́quivalente durant la ṕriode 

1990-2000 ! La transition ́nerǵtique a commenć il y a 15 ans dans ce pays1.

Le niveau de bruit est tr̀s inf́rieur, sans moteurs de bus ṕtaradant, sans scooters fumants et puants. 
D́tails, peut-̂tre, les sir̀nes des ambulances et des voitures de police n'agressent pas les oreilles et s'entendent 

cependant parfaitement de tr̀s loin (on a d̂ solliciter les services de bons inǵnieurs physio-acousticiens), et 

les souffleuses de feuilles sont munies de silencieux, ramenant leur niveau sonore ̀ celui des anciens V́los 
Solex. J'ai aussi not́ que la voie du Shinkansen Tokyo-Fukushima est bord́e par deux murs anti-bruit sur toute 

la longueur du trajet. Arrivant au niveau du bas des fen̂tres ils laissent voir le paysage mais ŕduisent le bruit 
du roulement pour tout le voisinage. C'est une vraie diff́rence d'avec les mesures prises par RFF et la SNCF.

Bref, un pays hautement civiliś ò l'agŕment de la vie collective est mieux garanti que chez nous.

Le train va partout et vite. Les fameux Shinkansen n'ont visiblement pas inspiŕs les inǵnieurs qui ont 

dessiń les TGV de chez nous. Les voitures sont larges, avec cinq ranǵes de sìges śpaŕes par un couloir ò 

deux personnes se croisent facilement et disposent de portes-bagages tout le long des paroies au dessus des 
passagers. Le prix du billet est du m̂me ordre que chez nous, sans la coḿdie des tarifs variables et l'obligation 

de ŕserver (c'est moins cher sans ŕservation).

Dernier constat pas ńgligeable : la restauration est tr̀s bon march́ et d'une qualit́ moyenne tr̀s 

suṕrieure ̀ celle que nous subissons commuńment dans notre pays.







1 Donńes tiŕes de la toute nouvelle synth̀se de Bernard Laponche sur l'́volution de la situation ́nerǵtique du Japon 

(communication personnelle).



   1   2   3   4   5